Hanomag, de la locomotive à vapeur aux camions 

Depuis sa création par Georg Egestorff en 1835, Hanomag a parcouru un chemin remarquable à travers les décennies, passant de la fabrication de locomotives à vapeur à celle de voitures de tourisme, de tracteurs et d’utilitaires, laissant ainsi une empreinte indélébile dans l’industrie allemande.

L’ère des locomotives à Vapeur

En 1835, l’histoire fascinante de cette marque allemande prend son envol lorsque Georg Egestorff établit l’entreprise Eisen-Giesserey und Maschinenfabrik Georg Egestorff à Lienden, près d’Hanovre. Spécialisée à ses débuts dans la fabrication de machines agricoles à vapeur, elle marque un tournant majeur en 1846 avec la construction de locomotives à vapeur. Ce fut le début d’une série impressionnante de plus de 10 000 locomotives livrées à travers le monde. En 1871, un consortium bancaire fonde la Hannoversche Maschinenbau Actien-Gesellschaft, connue sous le nom de Hanomag, qui devient rapidement un fournisseur majeur de locomotives à vapeur pour toute l’Allemagne.

Le virage automobile et l’avènement des tracteurs

Au début du XXe siècle, Hanomag élargit son horizon industriel en se lançant d’abord dans la fabrication de véhicules de chantier et de transport, avant de se distinguer dans les années 1920 avec la production de tracteurs qui contribueront largement à sa réputation. C’est également durant cette décennie que Hanomag pionnière dans la fabrication de voitures accessibles et légères sous la marque Kleinmotorwagen AG, anticipant ainsi le concept de « voiture du peuple » bien avant la célèbre Volkswagen Coccinelle

La Typ 2/10 PS, surnommée « Kommißbrot » (pain de l’armée), voit le jour en 1925 avec un moteur monocylindre de 503 cm³ placé à l’arrière et refroidi par eau. De ces débuts prometteurs, seulement quelques centaines des 16 000 véhicules produits subsistent encore aujourd’hui.

Hanomag, de la locomotive à vapeur aux camions 
Hanomag Typ 2/10 PS

En 1938, Hanomag lance la Typ 13 Autobahn, équipée d’un moteur puissant et d’une carrosserie autoportante. Reconnaissable à ses moulures distinctives sur le toit, ce modèle était familièrement surnommé le « casque d’acier » par ses admirateurs.

Hanomag, de la locomotive à vapeur aux camions 
Hanomag Typ 13 Autobahn

Hanomag continue la production automobile jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Pendant le conflit, l’entreprise se reconvertit dans la fabrication d’armement pour l’armée allemande, subissant ainsi plusieurs bombardements de ses installations. A la fin de la guerre, l’armée britannique occupe une partie de l’usine et la production de camions et de matériels agricoles reprend en 1945 dans des conditions difficiles.  

Renaissance après la Seconde Guerre mondiale

Après des débuts mitigés, Hanomag connaît un essor remarquable dans la production de camions après la Seconde Guerre mondiale, devenant un pilier industriel majeur. À son apogée, l’entreprise emploie plus de 13 000 personnes, témoignant de son impact significatif sur l’économie allemande de l’après-guerre. En 1952, Hanomag est intégré au groupe Rheinstahl, cependant, ce dernier manifeste peu d’intérêt pour l’entreprise.

Hanomag, de la locomotive à vapeur aux camions 

Innovation et performance des camions diesel

Les camions Diesel de Hanomag se démarquent par leur robustesse, leur fiabilité et leur performance exceptionnelle. Avec un nombre impressionnant de 272 000 unités produites, ces véhicules sont devenus indispensables pour les professionnels du transport, offrant une endurance et une efficacité inégalées sur les routes et les chantiers. Lancés le 21 novembre 1958, les premiers Hanomag Kurier sont une incarnation de l’innovation et de la praticité. Son nom rend hommage à une voiture de tourisme d’avant-guerre. L’Hanomag Kurier devient rapidement le modèle les plus compact et les plus populaire de la gamme, répondant aux besoins variés des utilisateurs urbains et industriels.

Changement et fusion stratégique

En 1966, Hanomag acquiert Tempo Werk, connu notamment pour le Matador construit sur la base mécanique de la Volkswagen Coccinelle. En 1969, la division camions est fusionnée avec Henschel, puis ultérieurement cédée à Mercedes-Benz. En 1970, Rheinstahl décide d’interrompre la production de tracteurs, privant ainsi Hanomag de son activité principale. 

Hanomag, de la locomotive à vapeur aux camions 
Tempo Matador

Dans les années 1980, l’entrepreneur Horst Dieter Esch, fils d’un serrurier d’Hanovre, prend les rênes de Hanomag, ambitieusement déterminé à transformer l’entreprise en un empire industriel. Par le biais d’acquisitions stratégiques financées par des prêts bancaires et des garanties étatiques, Esch élargit considérablement son portefeuille d’entreprises. Cependant, la crise économique mondiale frappe durement Hanomag.Toutefois, Horst Dieter Esch  est arrêté en 1984 puis condamné pour fraude, détournement de fonds et retard de faillite. 

Par la suite, d’autres entrepreneurs reprennent la direction de l’entreprise, et en 1989, c’est le fabricant japonais de machines de construction Komatsu qui reprend Hanomag, marquant une nouvelle phase dans l’histoire mouvementée de cette marque emblématique.

Crédit photos : Europeana, collection de l’auteur